écriture, Culture, Lectures, Pour un monde meilleur, Théâtre, Vie de la Table

« La Mort et l’Écuyer du roi » de Wole Soyinka (1975)

Vous ai-je déjà parlé de cette pièce de théâtre stupéfiante, Death and the King’s Horseman de Wole Soyinka, connue en français sous le titre La Mort et l’Ecuyer du roi ?

Wole Soyinka
au sortir d’un théâtre
au Festivaletteratura
de Mantoue en 2019
(licence Creative Commons)

Quand j’ai découvert en khâgne le texte de cette pièce, grâce à notre professeure d’anglais de Fénelon, Mme Catherine Letellier, qui nourrissait un intérêt pour les littératures post-coloniales et notamment celles d’Afrique de l’Ouest (et que je salue et remercie), ce fut un choc retentissant. Soudain, j’ai cru voir se dessiner une nouvelle dimension…

Il m’a fallu aller plus loin. Quelques années après, je signais à la Sorbonne un mémoire sur huit tragédies du génie nigérian Wole Soyinka.

Cela a confirmé et approfondi ma perception première : depuis, j’ai appris à percevoir l’univers d’une nouvelle façon, plus riche et plus complexe, plus à même de recouvrir et d’expliquer les infinies imbrications et implications de la réalité.

Je ne vous résumerai pas la pièce, car je l’ai déjà fait de façon bien exhaustive et accessible à toutes et à tous : l’an dernier, j’ai créé et rédigé l’intégralité de la page Wikipédia francophone de La Mort et l’Écuyer du roi, à l’occasion de la première édition de son Mois africain.

Lisez-y le début et la mise en contexte, mais faites attention de ne pas vous gâcher les surprises : j’ai pris soin de présenter ce chef-d’œuvre en profondeur, jusque dans des détails où se logent parfois les clefs. Une fois la pièce lue, vous pourrez aussi aller plus loin en lisant ces explications informées que j’ai pu partager grâce à mes recherches.

Cette initiative a pour objectif de pousser à un déclic. Wole Soyinka a beau avoir été honoré en 1986 du prix Nobel de littérature, cette pièce époustouflante n’a à ce jour, à ma connaissance, jamais été jouée sur le sol français, malgré une édition française du texte et une première francophone au Sénégal. Elle mérite pourtant d’être lue, jouée, vue, car elle recèle une puissance transformatrice titanesque et le monde soi-disant « blanc », plus que nul autre, a besoin d’écouter ce qu’elle a à lui dire. Et je veux œuvrer à cet avènement.

Que les fractales lui soient propices,

Harmony

Culture, Théâtre, Traductions

« Les Fleuves de Chine » : les personnages historiques – G.I.G. 3/3

Pour cette semaine du 131e anniversaire de Katherine Mansfield, voici le troisième personnage historique représenté dans Les Fleuves de Chine d’Alma De Groen, et sans doute le second en ordre d’importance face à l’autrice : le scandaleusement célèbre Georges Gurdjieff.

Georges Ivanovitch Gurdjieff

Il est difficile de présenter Georges Ivanovitch Gurdjieff, car même les éléments les plus simples de sa biographie sont sujets à caution. On lui connaît plusieurs dates de naissance, par exemple… et c’est loin d’être là la seule zone d’ombre.

G. I. Gurdjieff

Georges I. Gurdjieff serait né en Arménie, alors sous la domination de l’Empire russe. Il aurait dans sa jeunesse parcouru « l’Orient », fantasmé par les Européen·ne·s comme source ultime de sagesse et de spiritualité, jusqu’au Tibet, avant de commencer à attirer des disciples à Saint-Pétersbourg. Il traverse ainsi l’Europe dans la seconde moitié de sa vie et commence sa légende.

Pour les un·e·s, Gurdjieff est un grand maître spirituel, un visionnaire inspiré, un philosophe ayant accès à des dimensions invisibles aux simples mortel·le·s. Celui qui révèle à ses initié·e·s les vérités cachées de leur inconscient et les ouvre à un monde nouveau, grâce au « Travail » et à la « Quatrième Voie »…

Pour les autres, c’est un escroc, un gourou sans scrupule. Un charlatan qui profite de la crédulité de dupes pour les mettre sous sa coupe ou leur vendre n’importe quelle camelote incongrue, avant de changer de pays afin d’éviter les poursuites. Comme ces prétendus oiseaux exotiques d’une nouvelle espèce récemment découverte qu’il vendait empaillés, et qui se révélèrent de simples oiseaux communs, dont il avait peint le plumage de couleurs chamarrées.

Quoi qu’il en soit, son influence est assez grande parmi de nombreuses figures de l’élite financière et culturelle européenne du début du XXe siècle pour lui permettre de fonder en France sa propre structure où accueillir et initier ses ouailles : l’Institut du Développement harmonique de l’Homme, au Prieuré d’Avon, près de Fontainebleau.

C’est là que la nouvelliste néo-zélandaise Katherine Mansfield finira sa vie. Certain·e·s reprochent à Gurdjieff d’avoir accéléré sa mort, par un traitement inapproprié à son état de tuberculeuse ; d’autres lui font crédit d’avoir apporté un sentiment de paix à l’autrice pour ses derniers jours. Je vous laisserai découvrir avec le texte le parti pris de la dramaturge Alma De Groen, dans Les Fleuves de Chine, qui retrace cette période où l’écrivaine, au désespoir, s’est mise en quête de l’enseignement de Gurdjieff, à l’accent à couper au couteau, et s’est vue admise à ses côtés.

Figure de l’Ennéagramme

Aujourd’hui, le nom de Gurdjieff est relativement peu connu, par rapport à sa gloire d’antan et aux scandales qu’il a suscités. Toutefois, sa marque est encore visible dans les cultures occidentales contemporaines. L’Ennéagramme, par exemple, cette figure géométrique à neuf pointes circonscrites en un cercle censé représenter les neuf personnalités que peut prendre l’âme humaine. Il prétendait tirer cette connaissance et sa représentation des traditions « orientales » qu’il aurait longuement étudiées, bien que la recherche n’ait exhumé aucun vestige de cette forme géométrique en Asie. La théorie perdure pourtant jusqu’à aujourd’hui et connaît un regain de popularité dans la discipline des études de la personnalité.

Alors, que vous inspire cet étrange olibrius, mystique ou crapule, dernier personnage historique de notre série, qui déjà de son vivant tenait plus de la fiction que d’une réalité prouvée ? N’hésitez pas à donner votre avis, et bien sûr, que les fractales vous soient propices !

Harmony

NB : Vous travaillez dans le monde du spectacle ou de l’édition,
vous êtes directrice ou directeur de théâtre,productrice ou producteur,
metteuse ou metteur en scène, comédienne ou comédien,
ou bien encore éditrice ou éditeur, et la traduction de cette pièce pique votre curiosité ?
N’hésitez pas à m’envoyer vos questions à travers la rubrique Contact
et me demander une copie du texte français.

Si vous êtes spectateur ou spectatrice potentiel·le
et que vous aimeriez voir la pièce sur scène,
partagez l’article pour que le projet se fasse connaître
en France et en francophonie !