Lectures

« La Ballade du café triste » de Carson McCullers (1951)

Il s’agit d’un recueil de nouvelles américaines d’après-guerre pour les âmes bien accrochées. Celles qui n’ont pas peur de se prendre un coup de poing en plein ventre et de voir sous leurs yeux leurs tripes répandues par terre.

Couverture rose de « La Ballade du café triste » de Carson McCullers, dans l'édition française de Stock, posée sur l'accoudoir d'un canapé avec une fenêtre en fond.
« La Ballade du café triste » de Carson McCullers, dans la traduction française de Jacques Tournier, aux éditions Stock.

Le sens de l’observation de McCullers est aiguisé, lucide et sans concession, au point de faire mal. La nouvelle « Wunderkind », au titre plein de promesses*, m’a mise à genoux.
Ce n’est sans doute pas un hasard que l’alcool coule à flots entre ces histoires, comme s’il fallait au moins ça pour parvenir à glisser de l’une à l’autre, jusqu’au plongeon dans l’alcoolisme. Les quelques dénouements (presque) heureux, d’ailleurs, reposent sur une forme de refus de la réalité, d’oblitération de la conscience, de déni.

L’écriture de l’autrice, elle, vibre d’une énergie qui contredit cette chute libre, va dans une autre direction. Phénoménale, elle anime des personnages qui exsudent une vitalité étrange et farouche.

Dans la nouvelle-titre, les descriptions au maillet du comportement de Cousin Lymon, un trickster dans toute sa superbe terrifiante, me hanteront longtemps, tandis que le combat, larvé puis ouvert, entre Miss Amelia et Marvin Macy atteint par son intensité une dimension mythologique.

Un recueil à lire, assurément, mais pas n’importe quand, dans n’importe quelles circonstances, pour soi.

À bientôt pour de nouvelles ondes,

Harmony

* Soit « L’Enfant prodige ».

Vie de la Table

Bouche à oreille…

Juste avant le confinement, une amie m’envoie cette photo :

La photo surprise reçue de Zoé
de toutes les nouvelles de KM
réunies chez Wordsworth Classics

« Regarde ce que j’ai reçu ! »

Je devine qu’elle me l’envoie personnellement parce que cela me parle : comme je vous l’ai dit plus tôt, la première pièce de théâtre que j’ai traduite et adaptée et que je cherche à faire mettre en scène, Les Fleuves de Chine d’Alma De Groen, a pour protagoniste l’écrivaine néo-zélandaise Katherine Mansfield.

Mais quand en avons-nous parlé ?…

« C’est ton article de blog qui m’a donné envie de la découvrir ! »

Cela m’a fait sourire : je ne me souvenais pas qu’elle l’avait lu et je ne m’attendais pas à l’influencer ainsi, sans même le savoir.

Par conséquent, la voici confinée avec Katherine Mansfield. On ne peut rêver meilleure compagnie !

Pour découvrir des nouvelles de Katherine Mansfield, celles et ceux qui lisent couramment l’anglais peuvent en trouver bon nombre sur Internet, car elles sont maintenant libres de droits.

Vous pouvez aussi en trouver des lectures enregistrées. Par exemple, j’ai écouté cette semaine The Canary, lu par la comédienne britannique Lisa Armytage, sur Soundcloud.

Je vous souhaite une bonne découverte ou redécouverte et à bientôt pour de nouvelles ondes !

Harmony

PS : Cette amie m’apprend aussi qu’elle n’a pas pu laisser les commentaires qu’elle voulait au bas des articles, car la configuration par défaut exige d’être connecté·e à un compte WordPress pour être autorisé·e à laisser des messages. Je ne m’en rendais pas compte et vais tenter d’y remédier, sans me retrouver avec une option ouverte à tous vents qui m’inonderait de pourriels en tout genre. En attendant, vous pouvez toujours partager les articles qui vous intéresse et les commenter dans vos partages pour me soutenir. Je pourrai ainsi voir votre appréciation et vous en serai reconnaissante.